Foire aux questions



Comment ce processus fonctionne-t-il?
Lorsqu’un homme devient riche, un désir de prestige est né en lui. Pour atteindre ce prestige il ressent le besoin d'avoir certaines qualités remarquables qui le distinguent de l'homme ordinaire: une culture plus soignée, une meilleure éducation, un plus grand raffinement social, etc. Il ressent le besoin d'adopter un mode de vie qui correspond à l'idée que le public a d'un homme de prestige devrait être. Poussé par ce désir, il commence à se perfectionner selon ce modèle idéal.

Lorsque ce processus d'amélioration a commencé aux États-Unis, la vie culturelle américaine n'avait pas encore des archétypes nationaux appropriés....

Ceux qui aspiraient à faire partie de l'élite ont été obligés d'imiter les modèles européens, surtout l'anglais, archétype naturel pour les Américains. Par conséquent, ils pensaient qu’un train de vie à la manière d'un gentleman anglais leur apporterait un certain prestige. Et comme les Anglais en général reconnaissaient la supériorité de la mode française, les épouses de ces Américains ont commencé à adopter certains styles français pour gagner du prestige auprès du public américain.

De cette façon, dans seulement deux ou trois générations, des élites rudimentaires acquirent une authenticité qui les a rendues capables d'être assimilées par des élites plus anciennes.

Dans une société bien constituée, ce processus de raffinement aurait lieu dans toutes les classes sociales et pas seulement chez les plus hautes. Parce que le désir inné de l'homme pour la perfection se trouve au cœur même de ce processus....

Dans leur périple vers la perfection, chacune des différentes classes sociales développe naturellement des types humains qui lui sont propres (p.186).
C’est quoi une "élite locale"?
Voilà donc, une première façon de concevoir une élite: un groupe de personnes qui constituent le meilleur dans leur localité. Elles excellent dans leurs activités respectives, qui sont aussi les activités les plus importantes, et génèrent une culture d'élite par leurs relations sociales informelles ....

Imaginez une ville qui se targue d'une académie militaire, d’un institut de théologie, d'une école d'art. Les personnalités de la ville reçoivent chez elles le personnel enseignant de ces écoles, formant ainsi une élite locale dont la convivialité, quoiqu'elle ne soit aussi élevée que dans notre exemple précédent [élites nationales], ne lui est pas moins analogue (p. 184).
Devrait-il y avoir une hiérarchie parmi les élites?
Ce processus forme une hiérarchie. Il commence chez les élites locales et s'étend à travers des cercles de plus en plus élevés jusqu’aux élites les plus raffinées. Cette ascension graduelle et continue des élites constitue la structure d'une société élitiste en bonne santé, dans laquelle les plus hautes sphères façonnent un mode de vie et un type humain dont les niveaux inférieurs subissent l’influence d’une façon harmonieuse.
Le raffinement est-il nécessaire pour le développement des élites?
Les considérations précédentes supposent un processus de raffinement et de culture chez les personnes et familles qui aspirent à devenir membres de l'élite. Sans ce raffinement elles peuvent être riches, et même très riches, mais ne deviendront pas une élite traditionnelle authentique.
Les élites, comment se sont-elles formées dans la civilisation occidentale et chrétienne?
Du point de vue historique, le type de société élitiste s’est formé en Occident et façonné par la civilisation chrétienne.

Cette hiérarchie implique deux mouvements continuels, l’un vertical, où les gens de vrai mérite peuvent monter d'un niveau à l'autre. Et l'autre, horizontal par lequel les gens de même niveau moral, culturel, etc. se complètent mutuellement. Ce double processus atteint une richesse remarquable dans les pays de civilisation authentiquement chrétienne. La raison se trouve dans la charité chrétienne, qui avec sa marque clairement surnaturelle a une efficacité sans pareille pour unir les hommes dans la fraternité (pp. 184-185).
Que sont les élites nationales?
L'élite d’une nation est formée par des personnes qui excellent au niveau national. Elle est composée de personnalités exceptionnelles de la nation représentant ses plus hauts secteurs d'activité et qui ont des relations correspondantes dans les autres secteurs. Une telle relation se manifeste, par exemple, lorsqu’un président invite des personnalités remarquables dans le domaine politique, économique ou culturel à un bal ou banquet à la Maison Blanche ....

En dessous de cette élite nationale se trouvent des couches successives de moindres élites dans lesquelles ces relations se répètent jusqu'à atteindre finalement les élites locales ....
Quelle est la différence entre l'élite et la classe supérieure?
L'élite c’est la source de la classe supérieure.

Revenons à l'exemple d'une petite ville pour faciliter la compréhension de la différence entre les deux. Comme indiqué précédemment, l'élite d’une ville est formée par les gens qui exercent des activités de prestige et qui sont éminents dans leurs domaines. Mais cela ne constitue pas forcement une classe sociale.

Une classe sociale se constitue lorsque ces personnes et leurs descendants acquièrent une stabilité dans leurs positions de premier plan. Cette éminence habituelle leur façonne et les transforme en une seule classe. D'autre part, une élite est un groupe informel d'individus. One ne peut pas parler d'une classe sociale que si les familles maintiennent des relations réciproques.

Bref, la classe supérieure est formée par un groupe de familles ayant atteint un certain degré de perfection qui les a façonnées et selon lequel elles se sont constituées (p. 185).
Qu'est-ce qu'une élite?
Dans son sens premier, une élite est un groupe de personnes raffinées qui se démarquent en tant qu’individus de la masse des gens de façon à constituer une communauté. Des individus isolés sans rapport entre eux, ne constituent pas une élite. En fait, on ne parle d'élite que lorsque ses membres entretiennent des relations mutuelles ayant vitalité et diligence suffisantes pour créer un milieu commun embryonnaire du point de vue psychologique et intellectuel.

Une élite n'est pas, donc, une simple juxtaposition de personnes éminentes. Elle se forme lorsque ces personnes développent entre elles une relation d’échange mutuel de valeurs. Cette relation constitue petit à petit une culture particulière qui est la synthèse des valeurs intellectuelles et morales de ses membres.

Une distillation culturelle se fait surtout par le biais de conversations informelles. Les personnes qui constituent une élite ne doivent pas nécessairement être réunies par un thème concret, mais plutôt par un mélange de sujets présentés spontanément à travers l'art de la conversation. Le résultat est une convivialité naturelle dans laquelle chaque personnalité contribue au développement d'une culture d’élite.

Ce type de conversation élargit les horizons où des sujets à la fois variés, inattendus et imprévus apparaissent et disparaissent. Un mélange d’idées et d’impressions donne vivacité à la conversation. Il apport aussi de l'importance culturelle et du charme à ce type de discussion, devenu un passe-temps très prisé chez les élites.

Prenez, par exemple, un grand diplomate, un expert financier de renommée, un écrivain éminent, un médecin distingué, et un avocat de marque. Supposons que ces hommes se réunissent une fois par mois pour s'entretenir pendant une demi-heure. Ce serait un groupe de personnalités éminentes, mais il ne constituerait pas une élite.

Ce groupe ne constituerait une véritable élite que lorsque ses membres se parleraient plus fréquemment, pendant des périodes plus longues, sans attention à la montre. Ils pourraient alors discuter de diverses questions, échanger des idées et des valeurs, ce qui finirait par créer l’ambiance particulière qui donne naissance à une culture d'élite.

Cet échange d'idées et de valeurs serait plus complet et réussi si les épouses de ces hommes se décidaient à mettre en place un cercle social informel dans lequel un processus similaire pourrait avoir lieu. Alors la spontanéité donnerait de l’authenticité à ce type de relation, qui doit naître librement du jeu naturel des affaires humaines.

Dans cette perspective, on peut mieux comprendre la créativité innée d'une élite. Elle ne mérite d’être appelée une véritable élite que lorsqu’elle génère un mode de pensée et une culture commune à ses membres » (Plinio Corrêa de Oliveira, Noblesse et élites traditionnelles analogues dans les allocutions de Pie XII, 1993), annexe I, ch. II, no. 1, p. 183-184)
Qu'est-ce qu'une "élite aristocratique"?
Une élite aristocratique est composée de membres exerçant une activité compatible avec l'état aristocratique. Il lui faut aussi être ancrée dans la tradition, c’est-à-dire, elle doit exister pendant une période de temps suffisante pour lui conférer un caractère traditionnel (p. 185).
Qu’est-ce que c’est qu’une élite internationale?
La plupart [des élites nationales] n’arrivent pas à atteindre une renommée internationale. Cependant, celles qui obtiennent une stature internationale, sans cesser d'appartenir à l'élite nationale, constituent en son sein, pour ainsi dire, une élite des élites (p. 185).
Qu’est-ce qui rend une élite authentique?
L'authenticité d'une élite, soit-elle traditionnelle ou aristocratique, provient de l'excellence de ses activités et de son mode de vie. Elle dérive également du fait que ses membres correspondent vraiment au rôle qu'ils se sont proposé (p. 185).
Qu’est-ce qu’il y a dans le livre?
Table des matières
Lettres de personnalités de renom international

Option préférentielle?

Au Lecteur

Plinio Corrêa de Oliveira: un homme de foi, de pensée — de lutte et d'action

Préface

Chapitre I - Réfutation d'objections préalables
Chapitre II - La noblesse italienne sous le Pontificat de Pie XII. Portée universelle des allocutions au Patriciat et à la Noblesse romaine
Chapitre III – Peuple et masse — Liberté et égalité: concepts véritables et concepts révolutionnaires, dans un régime démocratique - L'enseignement de Pie XII
Chapitre IV – Noblesse et société chrétienne. Pérennité de sa mission et de son prestige dans le monde contemporain. L'enseignement de Pie XII
Chapitre V – Elites, ordre naturel, famille et tradition. Institutions aristocratiques dans les démocraties. L'enseignement de Pie XII
Chapitre VI – Eminente coopération de la noblesse et des élites traditionnelles pour une solution à la crise actuelle. L'enseignement de Pie XII
Chapitre VII – Genèse de la noblesse — Sa mission dans le passé et de nos jours. Le point d'insistance de Pie XII

Conclusion

Appendices

Appendice I - Genèse, développement et déclin de la «noblesse de la terre» au Brésil: la découverte, l'Empire et la République
Appendice II - La trilogie révolutionnaire «liberté-égalité-fraternité» : plusieurs Papes parlent
Appendice III – Les formes de gouvernement selon la doctrine sociale de l'Eglise: en thèse et in concreto
Appendice IV – L'aristocratie selon la pensée d'un cardinal du XXe siècle, controverse mais peu suspect

Documents

Document I - Textes complets des quatorze allocutions de Pie XII au Patriciat et à la Noblesse romaine
Document II - Allocution de Benoît XV au Patriciat et à la Noblesse romaine
Document III - Devoirs spéciaux de la société envers la noblesse appauvrie
Document IV - Une ascendance noble est un précieux don de Dieu
Document V - Doctrine de l'Eglise sur les inégalités sociales
Document VI – Harmonie nécessaire entre tradition et progrès authentique
Document VII – La Rome antique un Etat issu de sociétés patriarcales
Document VIII – La féodalité, oeuvre de la famille médiévale
Document IX – Caractère familial du gouvernement féodal - Le roi, père de son peuple
Document X – Caractère paternel de la monarchie traditionnelle
Document XI – Ce que pensent les papes, saints, docteurs et théologiens sur la licéité de la guerre
Document XII – Est-il incompatible avec la sainteté d'être noble et de mener une vie de noble?
Une élite peut-elle être "traditionnelle" tout en n’étant pas "aristocratique"?
Une élite professionnelle peut être traditionnelle sans être aristocratique. Elle peut, par exemple, être composée des meilleurs pêcheurs exerçant leur profession au long des côtes de la Nouvelle-Angleterre depuis nombreuses générations (p. 185).